Nodus, l’esprit couleur au masculin

You are here:

Aujourd’hui, je souhaite vous parler de Nodus, une gamme de prêt-à-porter masculin en plein essor.

Le point fort de Nodus, (et ce qui m’a séduite ) ce sont les chemises et les cravates, avec une offre colorée et des imprimés qui revisitent la « chemise de costume ». Rien de tel, pour rafraîchir un costume que l’on porte depuis quelques années, qu’une chemise avec un imprimé peu classique… Surtout si vous restez dans une unité de couleur (celle qui est prédominante sur le tissu) considérée dans plusieurs pays comme appropriée pour le bureau: le bleu clair, le rose, ou encore le blanc pour la France.

Bien évidemment, je ne vous conseille pas l’imprimé « mini-pingouin avec lunettes de soleil » ou « petit canard bleu »!

Chez Nodus, rien de tel. Les imprimés restent discrets. Les motifs les plus attrayants en termes d’impact visuel savent se dissimuler au revers d’un col ou des manchettes.

Un bon investissement à faire, donc. Le rapport qualité-prix est correct, comptez environ entre 80 et 100 euros pour une chemise. Le coton utilisé est de bonne qualité, le tissu se tient au lavage et ne gratte pas les épidermes les plus sensibles, même si l’on pourrait reprocher parfois un toucher légèrement rugueux. Pour autant, les chemises Nodus ont une durée de vie plutôt longue et les motifs gardent leur couleur, même aux endroits très sollicités. (En général, les chemises bon marché s’éclaircissent sur les bords…)

Depuis peu, Nodus a également diversifié son offre en proposant des pulls, des vestes ou des pantalons. Vous pouvez également accessoiriser vos tenues avec des chèches colorés et des boutons de manchette, dans l’esprit de la marque…

Voici le lien internet où vous pouvez trouver l’offre Nodus: www.nodus.fr

Et ci-dessous ma sélection préférée dans la gamme de la saison actuelle:

 

Crédits photographiques: www.sebastiengilles.com

Remerciements au personnel du magasin Nodus de La Défense pour son accueil et sa disponibilité lors du shooting photo.

 

 

Author: Caroline Fournier

Leave a Comment